28/12/2006

*93*

 

Tes surnoms sont légions, variants au gré des jours et de tes péripéties...

D'Elastiboy qui remonte à quand tu étais encore en moi à Biton, Morula ou Grenouille, tu es affublé de toute la fantaisie imaginative de tes parents... Chifoumi, BobbyWiiiing, Bichoc', BBChewingGum, Père Dodu, Petit Cochonnet, Bouquetin, Cascadeur, Chouinette et autres SpongyBobby....

Tu attrappes tout ce qui est à ta portée depuis ton trotteur qui fonce dans la maison, marche arrière ou en crabe, rien ne t'arrête... Et quand tu es ralenti, tu mets ta sirène vocale à fond les manettes, et rien n'y résiste, surtout pas mes oreilles..!

Le 04 Septembre, fin des tétées, officiellement...

Toutes les images de ces instants se regroupent dans un coin de ma tête, et, probablement, de la tienne, aussi. Cette jeune femme qui s'était mise à pleurer en nous voyant faire à la PMI, les en-cas au parc, une fois dans un magasin - un peu en retrait!! - en plein déménagement, assise n'importe comment, à même le sol souvent, les nuits saccadées, la petite musique qui suivait pour t'endormir...

Bledina m'a tueR.

 

Et pendant que je nettoie un stérilisateur que l'on nous a prêté (et qui ne sera jamais utilisé), je te surprends... Buvant au biberon du rat!!!

 

 

0

 

1

 

00

 

2

 

3

 

4

 

5

 

7

 

6

 

 

 

 

 

22:54 Écrit par k dans l/ 8mois | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/12/2006

*92*

 

 

 

Tu gambades dans l'appartement comme un forcené, en continu, et rien que te voir te dépenser autant en devient fatigant!

Tes jouets sont aplatis au sol, bing bing, les voisins doivent apprécier ton sens des percussions... Ton bruit favori semble être celui que produisent une salière et une poivrière en bois que je t'ai prêtées : bien agrippées entre tes petits doigts décidés, les voilà battant la mesure contre le parquet!

Et, bien entendu, quand tu es dans ta chaise haute, bien harnaché pour plus de sécurité, tous tes jouets se retrouvent, les uns après les autres, jetés par terre, parfois l'air de rien, parfois bien ouvertement : un plaisir sans fin... Pour toi!

A la Poste, pendant que l'on attend notre tour, tu t'amuses avec un jeune homme qui ne connait pas tes manies, tu fais "tomber malencontreusement" ta peluche, il te la rend en souriant, jusque trois fois... Je me mords les lèvres mais je le laisse se baisser un peu à ma place, nouvelle victime du jeté de bonhommes...

Les tétées se font plus courtes, plus des séances de jeux, encore, que de véritables repas: tu leur racontes des choses, tu rigoles, et scrouintch, tu tires dessus en t'esclaffant... Tu testes toujours doucement tes trois dents neuves dessus, en retirant discrètement la langue, tout en vérifiant ma tête du coin de l'oeil : tu sais pertinemment ce que tu fais! Mes petits "aïe!" te font bien rire...

 

Notre ami Esteban nous a quitté, et tu nous accompagnes pour lui souhaiter une bonne nuit. Tu restes avec ton papa à l'église, un peu à l'écart, et tu es dans mes bras quand je vais lui dire au revoir avec quelques gouttes d'eau. Il pleut à torrents, mais tu es très sage et tu observes tout ce qui t'entoure.

Je suis contente que vous vous soyez un peu connus, et que, sans doute, il veille sur toi.

 

 

 

0

 

1

 

3

 

4

 

5

 

6

 

7

 

 

 

[ vidéos à venir ]

 

 

 

23:56 Écrit par k dans l/ 8mois | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/12/2006

*91*

 

 

 

Tu as déjà huit mois.

Et cette impression que tu as toujours été à nos côtés, que l'on a toujours veillé sur ta frimousse...

Tu refuses toujours fermement la position assise, qui semble t'ennuyer, comme la majorité des jouets prévus pour ton âge. Tes jeux préférés sont clairement dirigés vers nos jouets à nous, télévision, télécommandes, téléphones, ordinateurs... Tout ce qui a un câble peut faire l'affaire, lampadaires et interrupteurs comestibles, tout, tout ce qui n'est pas recommandé.

Tu t'habilles en dix huit mois, décidément, ces tailles ne paraissent pas signifier grand-chose!

Une copine d'un après-midi, Carla, avec qui tu ris bien, même si elle semble un peu affolée par tes sollicitations peu délicates... Qu'à cela ne tienne, tu files, vif, en petit soldat expérimenté déjà, vers d'autres victimes à ta mesure.

Tu te hisses de mieux en mieux, et ton papa t'apprend à faire La Roulette sur le lit : tu éclates de rire, et bien vite tu envoies le bras tout seul, tantôt dans un sens, tantôt dans l'autre, et tout ton corps suit le mouvement, jusqu'aux limites de notre lit où il vaut mieux te freiner. Tu ne t'en lasses pas, infatigable!

Depuis ton porteur, tu courses le pauvre chat qui trouve, encore, quelques cachettes hors de ta portée... Le plus souvent, elle se confine à l'arrière du canapé. Mais elle a la primeure de ton premier mot "dirigé", avec des "BabAAA" lancés derrière la barrière de l'escalier. Elle sait, restant juste assez loin des barreaux pour que tu sois tenté d'essayer de la toucher, sans en être capable : elle joue avec toi!

 

 

[ Ce jour-là, en revenant en bas de la maison, deux grands-parents t'ont gratifiés d'un "ohhh qu'il est mignonnnnn....!", auquel, égal à toi-même, tu as répondu par une horrible grimace du "cochon", bruits de nez en prime, la panoplie parfaite du diablotin en couche...]

 

 

 

 

 

0

 

1

 

3

 

4

 

5

 

6

 

7

 

8

 

9

 

 

 

 

 

 

23:37 Écrit par k dans l/ 8mois | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/12/2006

*90*

 

 

Maintenant que tu sais te déplacer à ta guise, inutile de tenter de faire quoi que ce soit sans que tu n'y participes...

Après les éléments des chevets que tu as promenés au travers de la chambre, voilà l'épisode des chaises que je me suis décidée à rhabiller un peu plus sombrement.

Tu acceptes de rester dans ton trotteur à condition de pouvoir rouler sur les tissus et autre agrafeuse qui jonchent le sol. Tu restes alors en plein milieu, en rigolant, et tu me fais ta tête du cochon!

Comme ça t'amuse beaucoup, je te laisse faire, mais la réfection des sièges prend forcément beaucoup plus de temps que prévu... Une excellente excuse pour faire traîner en longueur! Je ne m'en prive pas.

 

 

 

[ Une petite séance de dressage de poussin rebelle en prime..!]

 

 

 

1

 

0

 

2

 

3

 

8

 

4

 

9

 

6

 

7

 

5

 

 

 

 

 

 

 

23:23 Écrit par k dans k/ 7mois | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/12/2006

*89*

 

 

 

Pour changer un peu de ta piscinette sur la terrasse, je décide, en pleine canicule (quelle bonne idée...), de t'emmener - en poussette - à la municipale.

Mais c'est sans compter le périple du trajet, si aisé en voiture, quasi impossible et carrément dangereux avec ton engin... Trottoirs en travaux, traversées multiples autant que périlleuses, voitures garées sur le passage empêchant tout franchissement... Un véritable parcours du combattant, au bout duquel on attérit sans trop s'en rendre compte à notre pataugeoire, en nage, assommés tous les deux de chaleur. Tu es k.o. Je suis proche du malaise.

Motivation oblige, nous entrons quand-même.

Et là, je me rends compte que rien n'est prévu pour poser au propre tes petites fesses, me permettre de me changer. Une autre femme me prévient même du "grand risque" que l'on nous jette dehors si j'accède aux bains vêtue... Je fronce les sourcils assez sèchement, regard noir en prime,  pour que personne n'ose venir en rajouter : c'est pas notre jour!

On s'installe dehors, il ne reste de la place que sur le ciment...

J'entre avec toi près du bain des touts petits, et je constate que l'obligation pour les petits incontinents de ton âge de porter une couche spéciale (que tu portes) n'est respectée par personne! Tous les bébés roses jouent sans se soucier de la mixture..!

Tu as peur de tout ce bruit, qui résonne.

Une dame me propose assez (mala)droitement de t'asseoir dans le bac, alors que je ne lui ai rien demandé. Que sait-elle de toi pour penser que tu sais t'asseoir, pour penser que tu souhaites t'asseoir parmi les autres petits barboteurs..? Je t'asseois sur moi, tout doucement, tu trembles un peu.

Je trouve l'eau trop froide.

Et la cerise arrive avec un jet de ballon, une fois sur ta tête, une fois sur la mienne...

Trop c'est trop, on retourne sur notre parcelle de béton, on se rhabille à moitié, direction le calme de ta piscinette : on est mieux petit chez soi que grand chez les autres!

 

 

 

99

 

88

 

66

 

77

 

01

 

02

 

03

 

04

 

05

 


 

 

 

00:40 Écrit par k dans k/ 7mois | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

All the posts