31/05/2006

*38*

 

 

Tu entres ainsi à la maison, ta maison, avec des parents carrément pas doués pour te mettre dans ta coque-auto...

Tu verras comme il est simple de mettre les fixations prévues à des petits bras tout repliés encore, par habitude des longs mois passés ainsi.

La voiture semble te convenir, tu dors durant tout le trajet.

Quand l'une de tes mains part de côté, mouvement du hasard pour l'instant, tu sursautes et tu pleures. Les grands espaces!

Je te prends aux bras pour te monter, entortillé dans un plaid bleu clair en nounours, et quand on croise la voisine et son fils Thomas dans l'entrée (hasard?!..), je ne laisse filtrer que le bout de ton nez entre les flocons blancs.

La gigoteuse d'Huu Tri et d'Anne-Laure semble beaucoup trop grande, et bien sûr, impossible de faire passer tes petits bras dans les manches : tant pis!

 

 

Te voilà arrivé, entre sommeil et faim.

Sous l'oeil d'un chat curieux et faussement distant qui t'attend...

 

Tu n'auras pas le temps de te faire à cet appartement, décidément trop petit pour nous trois. (Et le chat, et les rats, tralala!) A grand renfort de lettres sonnantes, notre bon maire nous a réservé un autre nid, plus confortable et de loin, où, comble du luxe (!!), tu auras même ta chambre...

Une pièce bien à toi, que j'aurais préféré aménager à ma guise durant ma grossesse, au calme, à l'instinct, tendrement tranquille. Comme dans les films...

 

On déménage dans dix jours!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Free counter and web stats